Les risques des cosmétiques périmés

Crèmes, rouges à lèvres, mascaras… connaissez-vous les potentiels risques de l’utilisation de produits cosmétiques périmés? Pourquoi devrait-on les jeter alors qu’il en reste et qu’ils coûtent cher ? 

Des chercheurs de la London Metropolitan University ont soumis des produits cosmétiques, dont la date de péremption était proche ou dépassée: à de nombreux tests pour savoir s’ils pouvaient encore être utilisés.

Des bactéries dans nos cosmétiques ? 

Pendant 3 semaines, le Dr Matewele a teste 5 catégories de cosmétique, de marque ou non. Plusieurs types de bactéries ont été trouvées a l’issue de cette étude dans le maquillage périmé pouvant avoir des conséquences graves sur la santé des utilisatrices et de leurs enfants.

Premièrement, tous les produits dont la date d’expiration a été dépassée ont été testés positifs à l’Enterococcus faecalis. Souche de bactérie potentiellement mortelle, elle peut causer des méningites ou des septicèmies qui peuvent provoquer la mort chez les nouveaux-nés. 

Quelles sont les différentes bactéries ?

Tout d’abord parmi les cinq catégories de cosmétiques testés 6 types de bactéries différentes ont été détectés.

Outre Enterococcus faecalis, ont ainsi été trouvés :


Eubacterium, qui peut provoquer des infections vaginales,
Aeromonas, une cause de gastro-entérites et d’infections,
Staphlyoccocus epidermidis: une bactérie résistante aux antibiotiques potentiellement mortelle pour les personnes hospitalisées, qui ont des cathéters ou des implants chirurgicaux,
Propionibacterium, l’un des principaux responsables de l’acné,
Enterobacter, qui provoque des infections urinaires ou respiratoires, particulièrement chez les personnes hospitalisées dont le système immunitaire est fragilisé.

Réel danger ? 

Toutefois, attention ! Si ces bactéries sont présentes dans notre maquillage, elles ne vont pas forcément déclencher une infection grave voire mortelle. Comme l’indique Vincent Jarlier, bactériologiste. Tout d’abord, ces bactéries sont naturellement présentes sur nous et le risque existe effectivement sur une personne fragilisée : hospitalisation, nouveau-né… 

Le chef du Service de microbiologie du CHU de Caen, Vincent Cattoir, relativise la présence de ces bactéries dans nos produits de cosmétique. Selon lui, «Ces germes ne sont pas des pathogènes majeurs. 

Eubacterium est une bactérie naturellement présente dans le tube digestif de l’homme: pouvant engendrer de rares infections dans des contextes particuliers (immunodépression, chirurgie…). 

Propionibacterium est aussi une bactérie commensale: elle se trouve au niveau du bulbe pilosébacé, et, outre l’acné, elle est essentiellement responsable d’infections sur prothèses après une chirurgie orthopédique. 

-Quant à Aeromonas, c’est une bactérie de l’environnement aquatique responsable d’infections de plaies au contact de l’eau et de diarrhées après l’ingestion d’aliments contaminés; or, a priori, on ne mange pas sa crème! 

Ainsi, il est fort à parier que les produits cosmétiques sont contaminés bien avant la date de péremption.» 

De plus, la littérature scientifique montre que toutes ces bactéries sont présentes sur nous. Nous vivons donc naturellement avec ces bêtes et ce sans grand préjudice pour notre santé. Le risque est plus important pour une personne fragilisée : hospitalisation, nouveau-né… 

Quelles préconisations sur la conservation de ma cosmétique ? 

Les produits de cosmétique ne sont pas éternels. Le premier geste à avoir est de vérifier la durée de conservation du produit. Deux symboles l’indiquent : un sablier et un pot ouvert. 

-Le chiffre à côté du sablier indique la durée de conservation avant ouverture du produit. S’il n’y a pas de sablier, on compte généralement 36 mois avant la péremption du produit.

-Le chiffre près du pot ouvert indique la durée de conservation après ouverture.

Pour éviter les risques de contamination, voici la durée de conservation des produits une fois entamés 

  • Mascara et eye-liner : 3 mois. 
  • crème hydratante : 6 mois.
  • masque hydratant : 6 mois.
  • Fond de teint : 1 an. 
  • ombre à paupières : 2 ans.
  • crayon pour les yeux : 2 ans.
  • rouge à lèvres : 2 ans.
  • Poudre : 3 ans.

Une distinction entre les produits secs et ceux à base d’eau/huile est nécessaire: la prolifération des bactéries est facilitée par un terrain où celles-ci peuvent « boire ». Finalement les produits tels que les rouges à lèvres où fond de teint seront plus propices à présenter des bactéries qu’une poudre par exemple. 

La manière dont on consomme notre cosmétique est tout aussi importante que sa date de conservation. Notons que, ceux-ci ne supportent pas la lumière, la chaleur et les gros écarts de température. La conservation des produits est améliorée quand ceux-ci sont gardés au réfrigérateur, surtout huiles et baumes, dont la graisse rancit. Vous pouvez également noter la date de début d’utilisation du produit pour vous repérer. 

Ne pas minimiser les gestes de propreté comme les lavages de main ou de matériel de maquillage.  Notons qu’il est recommandé de laver les pinceaux au moins une fois par semaine à l’eau très chaude et au savon, car des bactéries s’y développent. De plus, si un produit sent mauvais, ou a un aspect particulier, n’hésitez pas à le jeter. 

Les bactéries dans nos accessoires de maquillage

Une seconde étude Britannique publiée dans la revue Journal of Applied Microbiology s’est, elle, intéréssée à la présence de bactéries dans nos accessoires de maquillage. 

Après analyse des pinceaux et éponges, les chercheurs ont trouvé des bactéries comme l’E.coli et des staphylocoques, dans plus de 9 trousses sur 10. C’est dans ces outils qu’ils ont découvert les plus hauts taux de bactéries dangereuses. La preuve est que 93% n’a jamais été nettoyé, malgré le fait que plus de 2/3 d’entre eux soient tombés par terre au moins une fois. 

Finalement, la propreté de nos accessoires de maquillage a un impact sur l’efficacité de nos cosmétiques mais aussi la beauté de notre épiderme. Bactéries, sébum, poussière s’accumulent sur nos pinceaux et sont ensuite déposés sur la peau. Des effets immédiats peuvent être relevés comme des reactions cutanées (acné, irritations…). Cependant, nous pouvons également mesurer l’impact de ces mauvaises utilisations sur le long terme. Le Docteur Palmer fait savoir que des conséquences sur les signes de l’âge : « Des pinceaux sales peuvent exposer la peau au stress oxydatif des radicaux libres, ce qui provoque une dégradation du collagène et de l’élastine et peut entraîner un vieillissement cutané prématuré ».  Ainsi, les pores peuvent s’engorger, la peau peut étouffer, les tissus se dégrader plus rapidement.

Ainsi, les chercheurs préconisent une attention particulière au nettoyage de nos pinceaux et éponges. Vous retrouverez tous les conseils pour un bon nettoyage de vos accessoires, avec une sélection des meilleurs produits et des informations sur les différents types de pinceaux et éponges : 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles

Les 10 bons conseils pour garder le moral !
L’effervescence de la rentrée est passée, la routine a repris son cours et vous peinez maintenant à garder le moral ? Voici 10...
Comment protéger sa peau contre le froid de l’hiver ?
L’hiver est une saison difficile pour notre épiderme. Entre les fêtes et leurs excès et les conditions climatiques, il est difficile d’avoir...
L’alimentation et la peau
Si votre peau, qui est d’ailleurs le plus grand organe du corps, connait quelques problèmes, il faut savoir que les problèmes de...
PROTECTION SOLAIRE : FAUT-IL AUSSI PROTÉGER SA PEAU EN HIVER
Protéger sa peau du soleil l’été, tout le monde y pense, mais l’hiver cette habitude est vite oubliée. Pourtant, notre épiderme est...
Les méthodes douces pour retrouver la forme
Mal de dos, stress, difficultés pour dormir… Des solutions naturelles existent pour y remédier, on vous explique !

Quatuor anti-âge!

Mon programme de soins quotidiens Bio

clean EFFECT

Gel Démaquillant Micellaire et Tonique 2 en 1 Bio

Quels soins à la ménopause

Dois-je l'adapter ?

Plus d'articles sur le même thème